samedi 31 décembre 2016

Assassin's Creed

Assassin's Creed : un voyage dans le passé pour sauver le libre arbitre.



Callum Lynch a vu son père assassiner sa mère. 30 ans plus tard, il est à son tour condamné pour le meurtre d'un macro !
Alors qu'il doit être exécuté par injection létale, il se réveille dans une société du nom d'Abstergo Industries. Le Dr Sophia Rikkin veut exploiter sa mémoire génétique pour retrouver la Pomme, un Fragment d'Eden qui, selon les Templiers, permettra de briser le cycle de violence de l'humanité.
Callum découvre que son ancêtre, le Maître Assassin Aguilar de Nehra a été le dernier à l'avoir en sa possession durant la période de l'Inquisition espagnole. Ses voyages à travers l'Animus vont lui permettre de remonter le temps et d’acquérir par la même occasion des compétences qui lui serviront à affronter dans le présent l'ordre des Templiers et de retrouver la pomme.
Que le jeu commence.

Bienvenue dans l'Animus !


Adapté du célèbre jeu vidéo, Assassin's Creed nous offre un nouveau chapitre de l'histoire de la société des assassins.


C'est un scénario complètement original que nous offre Ubisoft (développeur du jeu et producteur).


Les Templiers et les assassins sont opposés dans leurs idéaux. Là où les premiers veulent contrôler les populations et les guider pour une évolution solide et silencieuse, les seconds prônent la liberté et le libre arbitre pour une évolution naturelle.
La guerre entre les 2 clans, pour trouver les artefacts, fait rage depuis des siècles.
Et bien que la ligue des assassins soit presque décimée, leurs descendants sont prêts à prendre la relève.


C'est une histoire somme toute basique que nous sert ce film, mais on parvient avec le rythme et la dynamique à trouver son compte.
Je n'ai jamais joué au jeu, donc je ne peux pas prétendre à savoir si l'ambiance est fidèle ou pas.
En tant que néophyte j'ai trouvé l'histoire assez bien ficelée. Simple, cousue de fil blanc, mais qui reste agréable.
Il n'y a pas de temps mort.
Dans ce genre de film d'action, on ne demande pas trop à réfléchir et ici on est servi.
Mais j'ai trouvé tout de même l'ensemble très sympa. Seul bémol sur la dernière scène.
L'histoire est montée crescendo tout du long et la fin retombe comme un soufflé ! Genre pouf, c'est tout !
Dommage.


La réalisation de Justin Kurzel (Les Crimes de Snowtown, Macbeth) est très jolie. Il y a de beaux moments, des plans superbes qui survolent et donnent l'impression d'être dans le jeu, tout en étant dans l'Espagne de l'Inquisition. En revanche, certains plans genre go-pro jurent un peu avec le reste qui est fluide. Ça casse un peu l'image et l'action.


Les effets spéciaux sont magnifiques ! C'est prodigieux de voir tous ces plans et ces villes reconstituées !
Un petit point négatif sera attribué à l'usage un peu trop exagéré de l'aigle en CGI ! Par moment il gâche complètement l'image.
Par contre, les cascades sont juste époustouflantes !












Pour finir, la musique de Jed Kurzel (Les Crimes de Snowtown, Son of a Gun, Macbeth...) est très belle et transporte dans le temps et l'image le spectateur.


Côté casting

Michael Fassbender (X-Men : Le Commencement, Twelve Years a Slave, Steve Jobs...) est Callum « Cal » Lynch / Aguilar de Nehra. Ayant eu des débuts difficiles dans la vie, il est parfaitement conscient de son sort. Le fait qu'on lui offre la possibilité de sauver l'humanité de la violence et de faire en sorte que plus personne ne soit assassiné est très tentante pour lui. Mais la découverte de son passé et de son ancêtre va lui ouvrir les yeux sur beaucoup de choses. Notre destin n'est pas toujours celui que l'on croit.
Fassebender nous donne un personnage fort et sensible aussi. Assassin dans le sang, il n'a tué que parce que la personne n'était pas quelqu'un de bien. Le fait d'être confronté à Aguilar va lui faire voir la vie sous d'autres perspectives. Il va s'enrichir et donner du poids à son personnage.



Marion Cotillard (La Môme, Inception, De rouille et d'os...) est le Dr Sophia Rikkin. Obsédée par son travail et ses recherches pour éradiquer la violence, elle ne recule devant rien pour y arriver, tout en gardant une part d'humanité et de naïveté. C'est ce qui va la rapprocher de Cal.
Cotillard est une actrice avec qui j'ai beaucoup de mal. Toujours trop lisse, elle ne donne aucune profondeur à son personnage qui pourrait être intéressant. Encore et toujours elle déçoit par un manque d'implication et un travail superficiel... A bon entendeur...


Jeremy Irons (Mission, Lolita, Une journée en enfer...) est Alan Rikkin. Père de Sophia et chef d'Abstergo Industries, il a pour seul but de grimper l'échelle sociale des Templiers. Il dépassera toutes les limites possibles pour y arriver. Attention, le retour de médaille peut être douloureux.
Irons est un acteur charismatique. Il met sa présence au service de son personnage. Ici, le sien est un peu écrasé dans l'histoire, mais il parvient à se faire une place et à se montrer sournois et pernicieux.


Brendan Gleeson (Harry Potter, Braveheart, Gangs of New York...) est Joseph Lynch. Père de Cal, il a assassiné sa femme puis a disparu. Il a passé des années au sein d'Abstergo Industries qui lui a fait subir l'Animus à l'extrême. Ses retrouvailles et explications avec son fils seront houleuses.
Gleeson n'est pas présent longtemps, mais il parvient à donner une force à ce personnage qui par amour a fait un geste extrême !

Charlotte Rampling (Les Damnés, Max mon amour, Dexter...) est un Templier de haut rang. Chef des Rikkin père et fille, elle presse Alan pour des résultats sous peine d'enlever les subventions à Abstergo Industries. Incisive et déterminée, elle veut la pomme pour les Templiers.
Rampling reste discrète mais toujours présente et on voit qu'elle a de l'importance par son jeu tout en finesse. Une grande.

Ariane Labed (Attenberg, Before Midnight, The Lobster...) est Maria. Maître Assassin et amie d'Aguilar, elle l'aidera dans sa mission. Extrémiste tout comme son compère, elle le soutiendra et lui donnera la force d'aller jusqu'au bout.
Labed donne de la grâce à son personnage. Elle humanise en partie la mission, tout en la défendant avant tout.




Au total, on a un film en demi-teinte. Fort et puissant par son action et la beauté de ses images, il est un peu desservi par la pauvreté du scénario et les puristes risquent de lui trouver encore plus de défauts.
Fassbender est excellents et quelques autres acteurs sortent du lot.
Cela reste tout de même une bon film d'action qui divertira allègrement les amateurs du genre !
S'il marche on aura droit à une trilogie.....

A vos tickets !



Bande annonce :




Premier Contact

Premier Contact = langage et communication = l'importance de partager pour avancer.




12 vaisseaux spatiaux apparaissent brusquement dans le ciel de la planète.
Ils stationnent à quelques mètres au dessus du sol. Que veulent ces extraterrestres ? Quel est leur but ?
Pour arriver à communiquer avec eux, l'armée américaine engage Louise Banks, une experte en linguistique. Elle fera équipe avec un physicien théoricien, Ian Donnelly. A eux 2, ils devront déchiffrer le langage si particulier des heptapodes.

Les mots, les images et le temps sont une arme puissante !


Premier contact est une adaptation du livre de Ted Chiang, L'Histoire de ta vie.
Je n'ai pas lu le livre, je ne saurais donc dire s'il y est fidèle.


L'histoire reprend les thèmes du langage, de la communication et de l'importance que cela peut avoir pour trouver des solutions tous ensemble.
La division de nos pays et de nos peuples nous freine dans la progression et dans l'évolution de nos civilisations.
L'union fait la force est ici une notion qui prend tout son sens. C'est le travail en équipe de scientifiques et artistes dans un premier temps, puis des peuples qui permettra de trouver la solution.

Le langage extraterrestre et les mystères des dimensions sont des thèmes qui ont déjà été abordés dans des films comme Contact de Robert Zemeckis (avec Jodie Foster) ou Abyss de James Cameron (avec Ed Harris). C'est le fait de se parler et de révéler ce que l'on ressent, ce que l'on vit qui ouvre la porte à une nouvelle richesse comme le savoir ou une seconde chance.


Pour ne pas spoiler, difficile de parler de tous les thèmes de ce film à la fois complexe et simple.

Car en dehors du langage, qui prime dans un premier temps, on a les notions de temps et de sa perception qui offrent un nouveau chapitre du film.


Le scénario est assez basique, mais la complexité du montage de l'histoire donne son sens et son mystère au film.
Car des militaires et des scientifiques qui cherchent à comprendre des extraterrestres, ce n'est pas nouveau.
Mais avec les autres enjeux, on a une nouvelle parabole qui pourrait presque se rapprocher d'Interstellar (Christopher Nolan) par moment.
Il peut paraître un peu brouillon au début et montre quelques longueurs, mais la deuxième partie s'accélère et les révélations apportent un nouveau rythme.


La force du film se trouve dans la réalisation de Denis Villeneuve (Prisoners, Enemy, Sicario...). Sobre, juste ce qu'il faut, mais aussi ouverte à de nouvelles possibilités, elle enrichit son oeuvre par cet hommage à la diversité culturelle humaine et à sa force.
Il y a des plans et une photographie magnifiques.


Les effets spéciaux sont splendides, surtout sur les heptopodes et leur moyen de communication.

La musique de Jóhann Jóhannsson (Personal Effects, Prisoners, Une merveilleuse histoire du temps...) est une merveille. A la fois tendre, douce mais aussi mystérieuse et incisive quand il faut, elle vous transportera.

Côté Casting :

Amy Adams (Fighter, Man of Steel, American Bluff...) est le Dr. Louise Banks. Éminente linguiste, elle enseigne à l'université et a aussi travaillé pour le gouvernement. Avec son niveau d'accréditation, elle est la première contactée pour aider l'armée dans le décryptage du langage heptopode. C'est pour elle de la découverte d'une nouvelle dimension, d'un nouveau savoir qui lui ouvriront les portes de son avenir.
Adams est bluffante de naturel et de douceur dans ce rôle. Elle se sert de sa fragilité pour l'humaniser et le rendre sensible et à l'écoute des autres. Son personnage est à fleur de peau et ça lui ouvrira les yeux et lui donnera la connaissance nécessaire pour entrer en contact avec les extraterrestres.


Jeremy Renner (Mission impossible : Protocole Fantôme,  Avengers, Jason Bourne : L'Héritage...) est Ian Donnelly. Scientifique, il ne prend en compte que la rigueur des maths. Mais il va mettre son savoir en lien avec celui de Louise pour l'aider à trouver la solution de l'énigme heptopode. Ça lui ouvrira de nouvelles possibilités.
Renner a un rôle plus cartésien mais avec une ouverture d'esprit qui grandit au fur et à mesure de son expérience avec les aliens.


Forest Whitaker (Bird, Le Dernier Roi d'Écosse, Le Majordome...) est le Colonel Weber. Il est le représentant de l'armée américaine pour le contact avec les heptopodes. Il ne veut que des résultats. Basique, il se rendra compte de l'importance des soucis quand les choses se dégraderont entre les pays. Mais son équipe l'aidera à surmonter les difficultés.



Au total, on a un film beau et intelligent qui donne une nouvelle vue de la communication entre les gens et les espèces. Il rappel quelques autres films, mais trouve son originalité dans son montage et son interprétation.
Adams est magnifique et Renner la soutient bien.

A vos tickets !


Bande annonce :




jeudi 29 décembre 2016

Rogue One: A Star Wars Story

Rogue One: A Star Wars Story : Force et Espoir pour une rébellion en marche.




Alors que l'Empire règne en maître sur la galaxie, il cherche par tous les moyens à stopper la rébellion. Galen Erso, un scientifique, se cache avec sa femme et sa fille sur une planète reculée. Retrouvé par le directeur Orson Krennic, le superviseur de la construction de l'Etoile Noire, il est forcé de repartir pour construire l'arme de mort. Sa femme est tuée mais sa fille arrive à s'enfuir.
15 ans plus tard, Jyn est cherchée par la rébellion car son père a fait parvenir un message par un déserteur de l'Empire.
Elle doit retrouver un rebelle extrémiste et ancien ami de son père qui détient ce message.
Par la suite, elle devra retrouver son père qui détient la clé d'une puissante victoire contre l'Empire.
Que la Force soit avec elle !


Nous voilà de retour dans une galaxie très très lointaine.
Cet épisode pour ceux qui se le demandent, n'est pas la suite de Star Wars épisode VII : Le réveil de la Force. Il se situe entre l'épisode III et IV. Ce n'est ni une suite, ni un préquel, mais une pièce d'un puzzle immense.
Il comble les trous laissés entre les 2 films.


A la fin de l'épisode III nous avions laissé des Jedis décimés, un Empire puissant et installé et un Dark Vador tout droit sorti de son moule à gaufres !
La rébellion, qui n'a pas dit son dernier mot, prend chaque perche qui lui est tendue. Et quand Galen Erso donne un indice sur la nouvelle arme de l'empire, sa fille est mise dans l'action pour le retrouver et chercher la clé de la victoire.


Au-delà de la puissance de la franchise Star Wars, on retrouve ici un film fort et qui sait utiliser ses atouts !
Rogue one nous entraîne dans l'univers de la célèbre saga, tout en cassant ses codes et en les ré-inventant.
Rien qu'à l'ouverture, on sent la différence. Mais même avec ces changements qui peuvent perturber, on a un film à la fois inclusif à son univers et qui prend le large de part ses thèmes et sa façon d'aborder les sujets.


Je ne veux spoiler personne, alors pas facile de parler du film sans en dire trop.


Le film nous emporte vers une histoire d'action, de guerre, d'espionnage tout en gardant le côté humour et aventure que l'on connaît.
Action par son rythme effréné. L'histoire ne prend pas de gants et on nous entraîne dans l'action d’emblée ! On a des poursuites, des explosions et des scènes de combats splendides.
Film de guerre par son thème principal. En effet, on est toujours dans la guerre entre les 2 clans de la Force : l'Empire et la Rébellion. Dans cette histoire, on a le chemin qu'ont emprunté les soldats de chaque camp pour arriver à leurs fins. Les soldats de l'Empire ont choisi le côté obscur pour assouvir leur soif de pouvoir, et les rebelles la Force parce qu'ils n'avaient pas le choix pour survivre.
Le film d'espionnage parce que ça va de pair avec le film de guerre. Les rebelles ont des espions dans les rangs de l'Empire et certains soldats désertent pour rejoindre l'autre camp. Chacun cherche à savoir ce que l'autre cache et n'hésite pas à profiter de la moindre faiblesse, piste ou autre indice.
Et l'on garde l'humour et l'aventure des précédents épisodes avec des héros qui ont du répondant, qui partent à l'aventure pour chercher des solutions. Et on a beaucoup de vannes parfaites et bien placées ! Merci K-2SO37 !!! (perso, j'avais l'impression d'avoir affaire à Sheldon Cooper de The Big Bang Theory !).
De plus on prend plaisir pour les plus férus de la saga, à trouver les easter eggs, les clins d'oeil, et les apparitions même en caméo des uns et des autres.


Le film est une parenthèse puissante, sombre et complémentaire d'un univers riche et fort.
Son scénario tient la route et est un parfait trait d'union entre les épisodes.


Les effets spéciaux, les décors et les maquillages sont comme toujours magnifiques ! On a la magie des vaisseaux et surtout le retour de certains personnages qui sont juste bluffants !



La réalisation de Gareth Edwards (Monsters, Godzilla) est soignée et permet de retrouver de façon intelligente certains codes tout en enlevant les plus flagrants comme les célèbres fondus-enchaînés.


Quant à la musique, pas de John Williams à la barre, mais Michael Giacchino (Mission impossible : Protocole Fantôme, Star Trek Into Darkness, Vice Versa...) qui reprend la place avec grandeur.

Côté Casting :

Felicity Jones (VF : Chloé Berthier ; VQ : Kim Jalabert) est Jyn Erso. Rebelle dans l'âme, elle a survécu toute sa vie en se cachant après avoir échappé à l'Empire. Retrouvée par la Rébellion, elle va partir à la recherche de son père et des plans qu'il lui a laissé. Méfiante dans un premier temps, elle embrassera la cause et lui apportera quelque chose en plus !
Felicity Jones nous offre un personnage tout en sobriété mais qui sait en imposer quand il faut. Loin d'être effacée ou lumineuse comme ses prédécesseurs (Leia ou Rey), elle donne un coté réel au conflit et au combat que mènent les rebelles et les survivants de la guerre qui touche toute la galaxie. D'une justesse implacable, elle permet aux spectateurs de vivre les changements nécessaires pour rejoindre la Force !


Diego Luna (Harvey Milk, Elysium, Blood Father...) est le capitaine Cassian Andor. Rebel, cherchant la vengeance quelque part pour ce qu'il a vécu et ce à quoi il a survécu, il est très doué dans son travail. Froid et discipliné, il apprendra qu'il n'y a pas que les ordres pour sauver la galaxie et que nul n'est ce qu'il parait ou n'est infaillible.
Luna est une révélation dans le film. D'un abord discret, il va se révéler charismatique quand il le faut et en imposer au bon moment. Son personnage trouvera sa voie de part son expérience et sa confrontation à d'autres vérités que celles auxquelles il est habitué.


Donnie Yen (Tiger Cage, Hero, Ip Man...) est Chirrut Îmwe. Croyant en la Force, il y est sensible. Bien qu'aveugle, il a de grandes capacités qui en feront un atout essentiel pour Jyn et Cassian.
Yen nous offre un peu le personnage paternel qui a la sagesse et la distribue. Il reprend un peu la place d'Obi-Wan-Kenobi. Parfait dans ce rôle, il est à la fois drôle, sensible, doux et fort. Une excellente combinaison.


Ben Mendelsohn (Australia, The Dark Knight Rises, Exodus: Gods and Kings...) est le directeur Orson Krennic. Superviseur tyrannique et ambitieux de l'Empire, il est à la tête de la construction de l'Etoile Noire. Il fera tout ce qu'il peut pour achever sa mission et monter en grade dans l'Empire.
Mendelsohn a un rôle de sous-fifre aux dents longues. Méchant, conscient des enjeux, il ne cherche que la réussite. L'acteur a la tête de l'emploi !



Jiang Wen  (Les Démons à ma porte , Green Tea, Les Guerriers de l'empire céleste...) est Baze Malbus. Mercenaire, ami et garde du corps de Chirrut, il prendra part au combat pour défendre son ami. Pas forcément enclin à faire la rébellion avec les autres, il changera son fusil d'épaule au vu de l'avancée des événements.
Wen est le parfait complément à Yen. Tous les 2 nous font presque un Laurel et Hardy, l'intelligence et l'adresse en plus. Posé, terre-à-terre, il donnera son point de vue pragmatique que vous le vouliez ou non !


Forest Whitaker (Ghost Dog : La Voie du samouraï,  Le Dernier Roi d'Écosse, Le Majordome...) est Saw Gerrera. Rebel, il sauvera Jyn enfant. Il la formera et la laissera à l'abandon pour qu'elle se débrouille. Trop extrémiste dans ses actes et paroles, la rébellion a coupé ses liens avec lui, mais pion important, nos héros devront le retrouver pour chercher Galen Erso.
Whitaker reste un acteur emblématique. Il a une présence à l'écran qui bouffe toute l'image. Et ça sied parfaitement à son personnage qui a besoin de cette force.


Mads Mikkelsen (Casino Royale, Royal Affair, Hannibal...) est Galen Erso. Scientifique, génie, en voyant ce que voulait faire l'Empire de ses recherches, il s'est enfui et s'est caché avec sa famille. Rattrapé, pour protéger Jyn, il finira ses recherches tout en laissant une piste pour la rébellion.
Mikkelsen donne un personnage torturé. Il veut faire ce qu'il y a de mieux pour des milliards de personnes comme pour sa famille. Partagé, il a choisi le chemin le moins facile, mais qui conduira la rébellion à un nouvel espoir !



Alan Tudyk (I, Robot, Dodgeball ! Même pas mal , Firefly...) est K-2SO37. Droïde de l'Empire reprogrammé, il aide Cassian dans ses missions. Quand il parle, il n'a pas de filtre...
Tudyk nous offre le doublage du personnage le plus drôle du film. Les droïdes sont des élements très importants dans la saga. Ils apportent la touche de mignonitude (BB-8, R2D2) ou d'humour (C3PO). Celui-ci nous donne les 2 avec un personnage bourré de sarcasmes et de premier degré. Hilarant, il a un côté Sheldon Cooper (The Big Bang Theory) qui vous fera mourir de rire !



Au total, on a un film fort qui a su trouver sa place dans un Univers déjà vaste et riche. Pas forcément essentiel, il trouve tout de même son chemin et offre une vue nouvelle sur des points cachés de l'histoire.
Pour les fans de la saga, ce sera essentiel, pour les autres un très bon moment de ciné SF !


A vos tickets !


Bande Annonce :



Je suis avec la Force et la Force est avec moi !


PS : Attention Spoiler !

Voici les easter eggs cahcés ou les références dans le film ! Merci les Toiles héroiques !
easter eggs


Et voilà les Caméo ! Merci Première !
caméo